Cerf et chevreuil : nouvel horizon de gestion

cerfbattue
Après plus de 36 mois de travaux, 24 réunions de négociations et 10 versions réécrites, les espèces Cerf et Chevreuil bénificient d'un nouveau volet dans le cadre du Schéma Départemental de Gestion Cynégétique (SDGC).
L’enjeu chevreuil était mineur mais celui du cerf était très attendu au coin du bois... Une épopée fédérale difficile qui aboutit avec des compromis pour la gestion du cerf, à gérer avec modestie et sous garanties.

Retour sur cet épisode :
De 1975 à 1999, le cerf était géré en plan de chasse. Le territoire demandait un bracelet, la Fédération donnait un avis, le Préfet attribuait un prélèvement.
En 2000, les acteurs ruraux (agriculteurs, forestiers, chasseurs) s’intéressent de près à la progression de l’espèce dans le département. Une charte de gestion est signée pour limiter la présence de l’animal uniquement au sud-ouest du département.
En 2009 et dans la droite lignée de la charte, le premier SDGC est signé, reconnaissant la présence du cerf dans seulement 4 unités de gestion (8-9-13-14), celles du sud-ouest du département. Ailleurs, point d’objectif de gestion et ne pas laisser s’installer le cerf. Pourtant, la Nature fait son œuvre, le cerf colonisant lentement et modestement d’autres unités de gestion, au su et à la vue des chasseurs, des agriculteurs et des forestiers. Personne ne trouve alors grand-chose à redire, les attributions sont partagées, les prélèvements effectués, des suivis de populations sont mis en place. Mises à part quelques situations locales sensibles et légitimes à surveiller, la gestion globale du cerf n’est pas remise en cause. Le bon sens rural, la concertation locale et des niveaux de populations relativement modestes établissent implicitement le terreau d’une gestion qui fonctionne bien, mais sans aucune assise réglementaire.
En 2014, la Fédération souhaite authentifier ce qui marche naturellement bien et propose de poser sur le papier cette gestion avec des objectifs toujours aussi modestes. « Non » disent les syndicats agricoles et forestiers qui souhaitent revenir à la situation connue 15 ans en arrière. D’où des mois de débat enlisé puis le concours de la Direction Départementale des Territoires pour faire avancer le dossier dans la médiation.
Il faut alors négocier âprement : gestion du cerf sur 17 unités de gestion avec indicateurs de suivi et en cas d’excès, arbitrage et régulation par voie administrative.
Le compromis est acté par 19 voix « pour », 5 « contre » et 2 « absentions » le 8 septembre 2017 lors de la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage décidant de viabilité du projet.
Monsieur le Préfet approuve le travail accompli et ces mêmes documents qui entrent en vigueur le 12 octobre 2017. Bien que contesté par les forestiers privés devant la juridiction administrative, ces volets sont bels et bien en vigueur dans l'élaboration du plan de chasse 2018-2019.

Téléchargez les documents :