La convention de gestion lièvre est l’exemple de l’étroite collaboration qui est instaurée entre la Fédération, les sociétés de chasse et les chasseurs du département. La préoccupation relative à l’avenir du lièvre n’est pas récente en Haute-Vienne puisque de nombreuses actions d’étude et de gestion ont été mises en oeuvre depuis 1979. Issue de la volonté commune des chasseurs et du service technique de la Fédération de promouvoir l’augmentation ou le maintien des populations de lièvre du département, une convention de gestion lièvre a été élaborée et mise en oeuvre pour la saison de chasse 2000-2001. Il s’agit d’un moyen de contractualiser des opérations de gestion déjà mises en oeuvre sur certains territoires du département et d’en développer sur d’autres selon la diversité de leurs milieux naturels.

Après l'analyse des tableaux de chasse et le comptage des populations existantes, un bilan de la situation a été réalisé et a permis de déterminer les objectifs à suivre pour l’ensemble de ces territoires. Grâce à son service technique, la Fédération met en forme et promulgue ses conseils aux chasseurs à propos des actions à engager pour protéger et développer les souches sauvages de lièvre restantes. Elle réalise les comptages avec les chasseurs pour contribuer au suivi de l’espèce. La Fédération prend également part au fonctionnement du GIC des Capucins, groupement de plusieurs ACCA du centre de la Haute-Vienne créé pour la gestion du lièvre. C’est ainsi que des conventions de gestion ont été appliquées jusqu’à aujourd’hui sur plusieurs territoires et que de nombreuses autres se mettent en place. Ces contrats établissent certaines règles pour les chasseurs telles que la limitation des tableaux de chasse par personne et par an, l’instauration de quotas territoriaux annuels ou encore le suivi analytique et par comptages des populations de lièvre.